Pourquoi l’upcycling (surcyclage) coûte cher ?

 « Nous pouvons changer le monde et en faire un monde meilleur. Il est entre vos mains d’en faire la différence. » disait Nelson Mandela.

Depuis quelques années, les mœurs et les habitudes concernant le monde et l’écologie ont évolué, généralement en bien. L’écologie est devenue la priorité de nombreuses entreprises et de la population en général.

La mode responsable est une des conséquences de ces changements d’habitudes. Aujourd’hui, il existe plusieurs façons de consommer, notamment dans le textile. La fast-fashion reste le moyen le plus répandu mais les mentalités évoluent, poussant les marques adeptes de ces modes de production à changer, petit à petit.

La fast-fashion, qu’est-ce que c’est ?

La fast-fashion est un concept très présent dans l’industrie de la mode qui repose sur un renouvellement très rapide des collections (d’où son nom). Certaines enseignes qui appliquent cette méthode sont prêtes à vendre de nouvelles collections toutes les deux semaines. Ce mode de production vise à produire à moindre coût et dans des quantités affolantes. Malheureusement, la fast-fashion fait des dégâts environnementaux désastreux et évitables.

Le prix des produits sont faibles tout simplement car les matériaux utilisés sont de qualité moyenne et peu durables. Ce sont principalement des matières synthétiques qui sont utilisées.

De plus, dans la culture ou même la teinture du coton, beaucoup de produits chimiques sont appliqués afin d’obtenir des résultats plus rapides qu’au naturel.

Quel que soit le niveau de production ; que ce soit l’agriculteur, le designer, le couturier, le transporteur ou même les autres salariés, l’éthique n’est jamais la priorité.

Pour finir, tous les produits issus de la fast-fashion se ressemblent. Là aussi, le but étant de faire des profits, de ne pas dépenser trop d’argent dans la R&D et pour gagner du temps et de l’argent, encore.

Usine Fast-Fashion
Usine de fast-fashion

Et l’upcycling ? Qu’est-ce-que c’est ?

L’upcycling, ou le surcyclage en français, consiste à récupérer des objets dont on n’a plus l’usage afin de le transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. Le but étant de faire du neuf avec du vieux, sans détruire l’objet de base. C’est le top en matière de recyclage !

L’histoire de l’upcycling

Marcel Duchamp, avec sa célèbre œuvre « fontaine », en 1917, est un avant-gardiste de ce mouvement. En effet, cet artiste contemporain français avait changé la fonction d’un urinoir, sans lui apporter aucune spécificité. Cet urinoir aura donc le statut d’œuvre d’art, au nom de « fontaine ».

Fontaine Upcycling
“Fontaine” de Marcel Duchamp, 1917

Le surcyclage tel qu’on le connaît aujourd’hui est né dans les années 1990, l’époque où certains commençaient déjà à analyser les problèmes environnementaux. C’est aussi l’époque où la notion de développement durable a vu le jour, en 1992.

À ce moment-là, l’upcycling prend plus la forme du « DIY » (Do It Yourself). Le but du DIY est simple ; créer un objet par définition : unique, soi-même, grâce au bricolage et au bidouillage. Cette démarche a plusieurs points positifs : faire des économies, faire du bien à la planète et puis l’objet est d’une authenticité sans égal !

Le mot surcyclage a été utilisé pour la première fois en 1994. C’est Reiner Pilz, un ex-ingénieur allemand qui s’est reconverti en architecte d’intérieur qui en parlera en évoquant la destruction de tous les objets inutilisables autour de nous. Selon lui, les anciens objets ont plus de valeur, il sous-entend donc qu’il faut les réutiliser, avec un recyclage vers le haut, l’upcycling.

Pneu upcyclés upcycling
Pots de fleurs en pneus de voiture

Pourquoi existe-t-il un écart de prix aussi fort entre l’upcycling et la fast-fashion ?

Avant d’entamer quoique ce soit dans l’upcycling, il faut trouver de la matière première. Pour cela, il n’existe pas de solutions miracles. Soit l’artisan-créateur a sa propre production et récupère les chutes pour revaloriser sa matière première et ne pas la jeter, soit il va faire des brocantes, des vide-greniers ou se fait des contacts avec des entrepôts afin de récolter un maximum de matériau.

Après avoir obtenu de la matière première, il faut avoir les idées pour la transformer au mieux. Cela nécessite de nombreux tests, prototypes et ajustements avant d’obtenir le résultat voulu. Tout cela demande énormément de temps.

De superbes résultats finissent par voir le jour tels que des pneus de voiture qui deviennent des ceintures, des bougeoirs avec des bouteilles en verre ou encore des serviettes de plage qui deviennent de beaux ponchos upcyclés.😉

De plus, les produits ne peuvent pas être conçus en trop grande quantité et donc sont souvent uniques. C’est ce qui fait son charme aujourd’hui, et c’est aussi ce que les gens recherchent : l’originalité.

Le surcyclage a un impact positif considérable sur l’environnement puisqu’il n’implique pas de transformation chimique importante.

En conclusion, les produits upcyclés ne sont pas plus chers que ceux issus de la fast-fashion sur le long terme. Ensuite, les répercussions sur l’environnement ne sont pas du tout les mêmes. L’un détruit la planète à cause des moyens colossaux engendrés : production à la chaine, nouveaux produits et nouvelles collections disponibles tous les mois (si ce n’est plus…), tandis que l’autre, limite le gaspillage et évite la transformation chimique.

Ponchos et sacs upcyclés upcycling
Ponchos et sacs de plage Anfibi upcyclés grâce à des serviettes de plage et de bain

Chez Anfibi, nous assurons la collecte de serviette de plage et de bain auprès de clubs de longe-côte et de surf partout en France mais également auprès du secours catholique et du secours populaire.

Les serviettes doivent respecter des normes d’hygiène. Elles sont donc envoyées en blanchisserie dans un atelier local prônant les valeurs de la RSE, en employant 80% de personnes en situation d’handicap.

C’est ce même atelier qui à partir de nos patronages s’occupe du design et de la mise en place des patchworks. Cette étape est primordiale car c’est à partir de là que nous déterminerons la fonctionnalité du produit et son esthétique.

Les patchworks sont assemblés pour en faire des ponchos, des sacs de plage ou encore des housses de siège auto. Les dernières chutes sont utilisées pour les pochettes. Rien ne se perd.

Vous retrouverez nos produits chez nos détaillants et sites partenaires. Si vous avez participé à nos différentes collectes, nous vous offrons 15% de remise sur l’achat des produits upcyclés. N’hésitez donc pas à nous contacter sur boutique@anfibi.fr !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.